1/1
View more
Drawing with graphite Faber-Castell pencil, Canson paper 224 g/m2 
White wooden graphite frame, Plexiglas
55 29/32 in x 40 5/32 in.
© Photo. Rebecca Fanuele
Courtesy artist Jean Bedez and Gallery Suzanne Tarasieve Paris
Dessin à la mine de graphite Faber-Castell, papier Canson 224 g/m2 
Encadrement bois blanc, Plexiglas
230 x 135 cm 
© Photo. Rebecca Fanuele
Courtesy de l’artiste Jean Bedez et de la Galerie Suzanne Tarasieve Paris
2016

Un jeu de lignes géométriques est rythmé par deux escaliers qui désignent par contraste un intérieur bourgeois et cossu à gauche , simple et dépouillé à droite . Le sol est jonché d’éléments dispersés en vrac ( cartons , caisses , abat-jour seul) évoquant un lieu abandonné et désolé . Superposition des décors indiqué explicitement par un cadre de tableau qui dédouble le dessin selon un procédé de mise en abyme.
Au centre apparait en transparence une frise de personnages en costumes 1900 : redingotes, chapeaux-melon, crinolines, petits bourgeois qui pourraient être échappés d’un dessin d’Otto Dix . Fantômes d’une époque révolue  en voie d’effacement, voyageurs en attente de départ.
Derrière l’épaule du premier personnage à gauche, on discerne la toile d’Otto Dix  » der heilige christophorus » le saint christophe portant sur ses épaules l’enfant-lumière au passage de la rivière. Cette évocation discrète du saint patron des voyageurs métaphorise le thème du passage, de l’écoulement du temps présent comme un ultime rappel dans la signature en bas et à droite qui intègre le célèbre blason de la ville de Paris avec son navire symbole de la puissante corporation des marchands de l’eau.

© Photo. Rebecca Fanuele
Courtesy de l’artiste Jean Bedez et de la Galerie Suzanne Tarasieve Paris