1/1
View more
Drawing with graphite Faber-Castell pencil, Canson paper 224 g/m2 
Graphite wooden frame, anti-reflective glass 
55 29/32 in x 40 5/32 in.
© Photo. Rebecca Fanuele
Courtesy artist Jean Bedez and Gallery Suzanne Tarasieve Paris
Dessin à la mine de graphite Faber-Castell, papier Canson 224 g/m2
Encadrement bois patine graphite, verre antireflet
142 x 102 cm 
© Photo. Rebecca Fanuele
Courtesy de l’artiste Jean Bedez et de la Galerie Suzanne Tarasieve Paris
2016

Dans le décor raffiné de boiseries et de marbres d’un appartement bourgeois se détache un grand miroir qui occupe tout le côté gauche. Emerge en transparence dans un halo de brume le reflet d’un combat d’antilopes; deux impalas aux longues cornes enchevêtrées s’ affrontent avec fureur. Gros plan sur l’échine massive de l’un et sur la tête de son antagoniste représenté partiellement.
Ce combat d’impalas dans un miroir a été réalisé pour l’exposition « Double je » du palais de Tokyo et conçu d’après une nouvelle de Franck Thilliez mettant en scène un artisan d’art s’accusant du meurtre de son double , un artiste célèbre censé l’avoir vampirisé en lui volant ses idées. Ce récit est une illustration moderne du thème initié par Terence de l’héautontimoroumenos, du « bourreau de soi-même » Aux confins du réel,création et folie se confondent dans un jeu de miroirs.
Cette nouvelle représentation de l’art du combat fait écho à « De ordine » dessin de jean Bedez où dans le hall d’un grand hôtel, deux taureaux s’affrontent dans un halo de lumière évanescente.